LES CLEANTECH

Photo d'un mobile green représentant les green tech vertes

LES CLEANTECH

Énergies fossiles, émissions de CO2, déchets : des sujets qui font débats au sein de nos sociétés encore marquées par un usage proéminent de ressources non naturelles. En effet, les défis auxquels doit faire face la planète en faveur d’une transition écologique durable sont nombreux.

La réponse est claire, l’essor du recours aux ressources naturelles est donc inévitable pour réduire notre empreinte environnementale de plus en plus importante.

Mais à l’heure où le digital détient une place prépondérante dans notre système économique, comment l’utiliser en faveur d’une transition verte ? La réponse se trouve dans les cleantechs !

Que signifie le terme « Cleantech » ?

Les « Cleantechs » (abréviation de Clean Technology) désigne en français les « technologies propres », « technologies vertes » ou encore « écotechnologies ». En résumé, des techniques et service industriels qui, par l’usage de ressources naturelles (énergie, eau, matières premières), apportent des solutions efficaces et durables aux défis mondiaux tout en restant dans un contexte d’innovation.

L’objectif étant de réduire les impacts environnementaux négatifs liés aux activités humaines en opérant dans les secteurs : de l’énergie (maîtrise de l’énergie pour les bâtiments, énergies renouvelables…), des déchets (traitement, collecte, économie circulaire), de la mobilité durable (covoiturage, véhicules propres…), de l’eau et de l’air (traitement, distribution).

Une industrie d’avenir alliant le numérique au développement durable ?

Une combinaison de processus moins énergivores, une utilisation parcimonieuse des ressources et une préservation de l’environnement font des cleantechs une industrie d’avenir aujourd’hui soutenue par de nombreux acteurs.

De plus, cette montée en puissance des écotechnologies n’est que favorable à une situation économique caractérisée par un chômage grandissant. En effet, l’essor des cleantechs prévoit de créer près de 24 millions d’emplois dans le monde d’ici à 2030.

Des exemples de cleantechs françaises ?

Mobilité

Blablacar – ou le leader mondial des plateformes de covoiturage – qui a effectué une levée de fond de près de 100 millions d’euros en 2018.


Déchets

Back Market – ou le spécialiste de l’économie circulaire – qui a réalisé une levée de fond de 41 millions d’euros en 2018. Le concept ? Proposé des produits électroniques reconditionnés, en ligne.

Énergie

Neon – le premier producteur indépendant français d’énergies renouvelables – qui a levé 450 millions d’euros en 2018.